La cité médiévale, campée sur une falaise abrupte, domine la vallée de l'Alzou
Découvertes

Rocamadour, vallée de la Dordogne

Rocamadour, mythe et réalité

Lot, « Chez Fred » jusqu’à Rocamadour

Rien de plus facile que de se rendre à Rocamadour dans le Lot (46) depuis l’aire de camping-car « Chez Fred« , il suffit de sortir par la gauche et de rouler jusqu’au premier rond-point « la Ségarie » à un peu plus d’un kilomètre de là et de prendre à ce rond-point la direction Gramat par la RD 807. Gramat est à 19 kilomètres du « Domaine Médarsien » (Chez Fred)

Arrivé à Gramat, au premier rond-point de la commune, il faut bifurquer à droite et prendre la RD 840, Rocamadour se trouve à 10 kilomètres de Gramat, il faut compter environ une douzaine de minutes pour y arriver. Le tout, depuis « Chez Fred » jusqu’à Rocamadour compte une trentaine de kilomètres, soit à peu près une demie heure de route.

Rock-Amadour Gérard Blanchard

Gérard Blanchard nous gratifiait en 1981 de sa chanson devenue célèbre Rock-Amadour, culte aujourd’hui, elle n’a rien perdue de sa superbe, son rythme à l’accordéon donne toujours autan de plaisir à être écoutée. Mon amour est parti avec le loup, Dans les grottes de Rock-Amadour

Gérard Blanchard « Rock Amadour » | Archive INA

source: chaine YouTube ina.fr

Du mythe de Durandal à Rocamadour

Les gens d’un certain âge qui sont allés à l’école d’antan, lorsque les cours d’histoires signifiaient encore quelque chose, ont certainement comme moi, entendu le récit de Roland dit « Roland le preux » à qui la légende attribue la création d’une brèche imposante dans le pan d’une falaise en bordure du cirque de Gavarnie, dans le massif des Hautes-Pyrénées (65, région Occitanie).

La chanson de Roland nous dévoile une légende

La légende qui apparaît dans la Chanson de Roland, raconte que cette brèche qui porte désormais le nom de « Brèche de Roland » fut faite à l’aide de l’épée Durandal. Cette épée fut forgée, suivant la mythologie saxonne (germanique), par le dieu Wieland, elle fut donnée à Charlemagne sur l’ordre de Dieu (le Dieu chrétien), par un ange qui commanda à Carolus Magnus (forme latine de charlemagne) de la remettre à un chevalier.

Charlemagne choisit de transmettre Durandal à son neveu Roland qui était chevalier, Comte et Préfet de la marche de Bretagne. Durandal, de manufacture divine, possédait un Pouvoir que Roland ne voulait pas voir tomber entre les mains de l’ennemie (Sarrasins ou Basques?) lors de la bataille de Roncevaux (778). Roland voulut détruire l’épée Durandal en la fracassant contre une falaise, mais il ne réussit qu’à créer une immense brèche.

La « brèche de Roland »
La « brèche de Roland »

Photo: Jens Buurgaard Nielsen, Wikipédia

De colère, « Roland le Preux » jeta au loin de toute ses forces l’épée divine, elle parcourut miraculeusement plusieurs centaines de kilomètres pour finir par se planter dans le flanc rocheux de Rocamadour. C’est à l’issue de la bataille de Roncevaux en 778 que Roland, chevalier et comte de l’empire Carolingien, perdit la vie en guerroyant contre les sarrasins.

La réalité de Rocamadour

L’auteur de la photographie ci-dessous mentionne le fait que la chaîne visible sur l’image semble avoir été forgée autour de la poignée de l’épée, il est assurément plus facile et réalisable de forger au sol et dans un lieu adapté, tel un atelier de forgeron, que d’exercer cette activité en hauteur, ce qui semble très difficile, voir impossible.

Représentation de l'épée Durandal (au centre de l'image, en petit et en médaillon) fichée dans une paroi rocheuse à Rocamadour.
Représentation de l’épée Durandal (au centre de l’image, en petit et en médaillon) fichée dans une paroi rocheuse à Rocamadour.

Photo: Patrick Clenet Wikipédia

Classée au patrimoine mondial de l’Unesco, Rocamadour reçoit près 1,5 millions de visiteurs à l’année. Le village de Rocamadour est certainement construit sur des fondations datant de l’antiquité comme le sont un bon nombre de communes de l’ancienne province qu’était le Quercy. La cité Mariale amadourienne possède cette atmosphère si particulière qui se dégage des lieux saints où l’Amour de son prochain et la prière finissent par se refléter sur l’ensemble des édifices du cœur du village.

La commune est logé sur le sommet d’une colline haute de 150 mètres sur laquelle sont établis des sanctuaires, des monuments, de multiple églises, le château de Rocamadour qui est protégé par 3 tours, la basilique Saint-Sauveur et sa représentation murale pour le salut de l’âme.

De la façon dont est implanté cette petite cité Mariale (relatif à la vierge Marie), elle permet la domination de la vallée de l’Alzou et offre un point de vue superbe dont on ne se lasse jamais, des jumelles ne sont pas inutiles pour observer les alentours distants du village.

  • La cité médiévale, campée sur une falaise abrupte, domine la vallée de l'Alzou
  • Le château de Rocamadour reconstruit au XIXe siècle.
  • Le sanctuaire, Édifices reconstruits au XIXe siècle
  • La Vierge noire de Rocamadour

Sources photos: Dynamosquito, Roby, Christophe Finot

Rocamadour est depuis longtemps (XIIe siècle) une étape vers Saint-Jacques-de-Compostelle pour les « Roumieux » (pèlerins). On rentre dans le village de « style » médiéval par des portes fortifiées (porte Salmon, Cabilière, de l’Hôpital, du Figuier) qui mènent à des rues étroites et sinueuses pour aboutir à un escalier monumental gravit par les pèlerins qui se rendent à l’esplanade des sanctuaires.

Riche de guérisons miraculeuses attribuées à la vierge Marie depuis des siècles, Rocamadour à vu des sanctuaires se construire tels que la basilique Saint-Sauveur, la crypte Saint-Amadour, les chapelles Sainte-Anne, Saint-Blaise, Saint-Jean-Baptiste, Notre-Dame et Saint-Michel. Rocamadour abrite en son sein une Vierge Noire, les prières qui lui sont adressées le sont par l’intermédiaire de Saint Amadour.

Grottes des Merveilles et peintures rupestres

De nature calcaire, le Haut Quercy possède de nombreuse grottes et cavernes, telles les grottes de Presque ou encore le célèbre gouffre de Padirac. Ces « vestiges » géologiques, antres de contes et de mystères sont propices aux refuges.

La grotte des Merveilles

De ce fait, les grottes de cette région lotoise ont abritées depuis le paléolithique des Hommes comme en témoignent les dessins rupestres retrouvés dans la grotte des Merveilles. La grotte des merveilles se situe au lieu-dit l’Hospitalet sur la commune de Rocamadour, elle fut découverte par hasard en 1920 par un certain M. Lamothe qui cherchait à détruire le terrier de certains animaux nuisibles.

M. Lamothe observa lors de sa recherche, des concrétions dans la grotte, elles étaient de couleur ocres et blanches ce qui lui fit penser tout naturellement à une pâtisserie des jours de fête : les Merveilles, ainsi fut nommée cette grotte de l’Hospitalet.

La grotte de Linars

La grotte de Linars est située non loin de Rocamadour, elle fut habitée également par les hommes durant la période de l’âge du Bronze (de -2700 à 900 av. JC). La grotte de Linars recelait différents vestiges tels des poteries et des restes de corps humains datant, après datation, de 1050 et 950 av. J.C

Il semble évident que Rocamadour et ses environs ont abrités depuis « la nuit des temps » des individus et des groupes humains qui ont forgés l’histoire de cette région ancienne qu’est le Quercy. La visite touristique du Lot offre aux curieux matière à s’interroger sur les croyances et les valeurs qui déterminaient le mode de fonctionnement des sociétés d’époque préhistorique.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.